Le mesmérisme

La circulation européenne, puis globale, des théories et des pratiques du magnétisme animal aux XVIIIe et XIXe siècles, est un phénomène autant prégnant qu’encore peu étudié dans sa complexité.

La théorie du fluide universel et les thérapies magnétiques élaborées par Franz Anton Mesmer à Vienne s’affirment à Paris, où il s’installe fin 1778 ; autour de 1784 elles se diffusent non seulement dans toute la France, mais aussi dans les colonies, à Malte avec le réseau des sociétés de l’Harmonie, et dans l’Europe entière suivant les trajectoires des sociabilités savantes, maçonniques, mystiques, ésotériques, de la création artistique et musicale ; les textes des querelles qu’elles suscitent sont lus, traduits, commentés et ré-élaborés dans l’Europe entière et au-delà. Lorsque la présence des ‘traces’ du magnétisme dans tous les temps et dans tous les peuples forme un topos des textes de ses partisans comme de ses adversaires, le fluide mesmérique devient un terme apte à rapprocher des mondes distants, qu’il s’agisse de la culture chinoise dans les correspondances jésuites, du vaudou haïtien ou, plus tard, des fakirs indiens.

Ce phénomène de diffusion se prolonge et s’étend notamment après la Révolution, dans une double dynamique de continuité revendiquée avec les découvertes de Mesmer, et de ré-élaboration en direction des pratiques du somnambulisme et de l’hypnose. C’est dans cette forme que le magnétisme animal, avec son statut ambigu suspendu entre science et croyance et entre les savoirs du physique et du moral, contribue à l’élaboration de la culture romantique, à la médecine philosophique et à la Naturphilosophie allemande ainsi qu’au roman français et anglais, lorsque ses effets sont exhibés dans les cliniques et dans les théâtres, avant de constituer le terrain de l’affirmation globale du spiritisme et, à la fin du siècle, une source d’inspiration de la psychanalyse. Les condamnations mêmes par les académies scientifiques, notamment françaises, et, sur le plan religieux, par la cour de Rome, contribuent à cette reconfiguration, en relançant les circulations transnationales. Dans ces perspectives, l’étude du magnétisme permet de revisiter l’histoire des frontières disciplinaires (ou des encyclopédismes), l’analyse des usages politiques des savoirs ou celles des formes et modalités des vulgarisations à l’œuvre entre les XVIIIe et XIXe siècle.

Le carnet présente les recherches en cours d’une équipe internationale constituée, par ordre alphabétique, de David Armando (ISPF-CNR, Naples ; CéSor-EHESS/CNRS), Bruno Belhoste (Université Paris I), Jean-Luc Chappey (Université Paris I), Claire Gantet (Université de Fribourg, Suisse) et de leurs partenaires. Cette recherche collaborative a donné lieu à des journées d’étude à l’université de Paris (en cours de parution), à la création et l’aménagement des bases de données (Harmonia universalis, et FactGrid), et à l’organisation d’un colloque international qui se tiendra à l’université de Fribourg (Suisse) les 20-21 octobre 2022.



Citer ce billet
Claire Gantet (2022, 23 mai). Le mesmérisme. Le mesmérisme. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://mesmerisme.hypotheses.org/4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search